La crisis del pepino, a ver si nos importa un comino

 

Cette affaire de santé alimentaire autour de la bactérie escherichia coli ne prête pas à sourire, loin de là. Nul ne sait aujourd’hui si elle va s’étendre, toucher la majorité des pays européens et entraîner à la fois un état d’urgence sanitaire et une tension dans les relations commerciales entre pays de l’Union Européenne en matière de produits agricoles.

 

Le espagnols considèrent que les accusations allemandes contre leur production de concombre sont sans fondement. Il semble qu’ils avaient raison.

 

Et puis je me suis demandé pourquoi on a pu lire dans la presse espagnole des affirmations de ce genre:

 

‘El gazpacho sin pepino es… imposible’

 

Ce n’est pas vraiment vérifié. Par exemple, dans un recueil de recettes promu par le Patronato de turismo de la Costa del Sol on ne trouve qu’une seule recette sur 55 dans laquelle apparaît du concombre (Mejillones en pipirrana).

 

http://www.visitacostadelsol.com/content/view/355/180/

 

Dans les recettes historiques, on n’en trouve pas grande trace.

 

J’ai consulté El libro de los guisados de Ruperto de Nola (Edition de 1529), El Libro de Arte de Cozina de Domingo Hernández de Maceras (Edition de 1607), El Arte de Cocina de Francisco Martínez (Montiño) dans son édition de 1617 revue en 1763. Ce n’est que dans El Nuevo Arte de Cocina de Juan Altamiras (édition de 1767) que je trouve une recette de concombre farci (pepino relleno), une seule, que je vous livre bien volontiers.

 

 

 

 

 

 

 

On peut donc en conclure que le concombre n’entre vraiment pas dans les coutumes gastronomiques et  alimentaires espagnoles.

 

Pourtant, quand on consulte le site infoagro.com, les chiffres de production proposés (2002) placent l’Espagne en dixième position en matière de production de pepinos (concombres) et de pepinillos (cornichons), avec 450 000 tonnes, loin derrière la Chine (22 924 218 tonnes).

 

http://www.infoagro.com/hortalizas/pepino.htm

 

Il s’agit donc d’une production destinée pour l’essentiel à l’exportation et principalement vers l’Allemagne (142 772 tonnes en 2010).

 

 

Il s’agit donc d’une crise complexe où les visions de complot international fleurissent: la France, principal et plus proche concurrent…, la Russie, gros producteur…, l’Allemagne enfin qui serait en train de livrer une sourde bataille contre les pays du sud de l’Europe et qui fait de plus en plus cavalier seul: … un país que está pensando más en hacerse global por sí mismo que en contribuir a una Europa fuerte, c’est ce que l’on peut lire sur le Net (ici je cite le blog Maremagnum de quisicosillas de Estebán Hernández),

 

Ma théorie est différente. Il s’agit d’un véritable complot politique. Dans un billet précédent je vous parlais d’un Ministre « des affaires délicates » parti vendre des biens immobiliers espagnols à travers l’Europe, il s’agit du Ministre du Développement, José Blanco López.

Pourquoi? Parce que dans sa Galice natale, il est connu sous le gentil diminutif de José: Pepiño… et que ceux qui se livrent à des attaques perfides contre sa personne n’omettent jamais de le lui rappeler.

 

 

 

http://jesaal.wordpress.com/2010/09/08/pepino-el-obrero-socialista/

 

Vous en penserez ce que vous voudrez, mais avouez que c’est troublant.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s