Roi d’Espagne, sacré métier

Les Bourbons ne sont pas aimés en Espagne. Ils ont toujours eu la réputation d’être des rois inconsistants, versatiles, futiles et, suprême défaut, étrangers. Comme si Charles Quint ne l’avait pas été. Mais il l’était peut-être autrement

Depuis son arrivée en Espagne et sa montée sur le trône d’Espagne, la dynastie des Bourbons n’a proposé à ce pays de vivre, que  guerres civiles (dites souvent « de succession »), ruptures tragiques, renoncements, abdications ou abandons purs et simples. Comme si cette cette couronne était aussi  mortelle à porter que la tunique de Nessus ne le fut pour Hercule.

Faisons une rapide évaluation:

Le premier Bourbon qui devient Roi d’Espagne est Philippe d’Anjou, petit-fils de Louis XIV. Dans son Histoire de l’Espagne (Fayard-1996), Joseph Pérez dit de lui et de son fils Louis:  » tous deux souffraient de troubles psychiques » sans pour autant nous préciser lesquels.

Dés son arrivée en Espagne, en avril 1701, devant la menace de voir réunies les deux couronnes française et espagnole, une coalition réunissant l’Angleterre, le Danemark, les Provinces-Unies et le Portugal, déclare la guerre aux Bourbons et soutient un mouvement de révolte qui va diviser l’Espagne en deux, la Castille, défendant le nouveau roi et la Catalogne, Valence et l’Aragon qui s’y opposent de peur de voir leurs fueros (leurs statuts particuliers) mis à mal par une monarchie connue pour être très centralisatrice. La guerre internationale sera conclue par le Traité d’Utrecht (1713) qui conduira à l’abandon par l’Espagne de ses possessions italiennes et néerlandaises. la guerre civile sera conclue par la capitulation de Barcelone le 15 septembre 1714, après les massacres de Montjuich du 11 septembre, jour dont nous savons qu’il est célébré comme la fête nationale catalane depuis lors. Et, effectivement , les régions rebelles perdront leurs privilèges l’année suivante. En juin 1724, Philippe V d’Espagne abdique au profit de son fils Louis. .. qui s’empresse de mourir le 31 aout, permettant ainsi à son père de retrouver la couronne d’Espagne qu’il conservera jusqu’à sa mort, en 1746.

Son petit-fils, Charles IV, abdiquera aussi en mars 1808 en faveur de son propre fils Ferdinand VII, sous la pression populaire. Cette couronne, qui ressemblait alors plutôt à une patate chaude,  le fils lui rendra en mai de la même année pour finalement la céder au frère de Napoléon contre une pension confortable et une résidence non moins confortable au château de Valençay, présenté par Wikipédia en espagnol comme « una propiedad rústica junto a un pueblo de unos 2.000 habitantes, aislada en el centro de Francia, a unos 300 kilómetros de París« , ce qui, en atteste la photo des lieux, est une appréciation soit parfaitement ridicule, soit curieusement partisane:

http://es.wikipedia.org/wiki/Fernando_VII_de_Espa%C3%B1a

Ces deux monarques seront à l’origine de plusieurs guerres civiles en Espagne, guerres toujours menées sous le nom de guerres de successions pour avoir élaboré (ce que fit  le père en 1789) et promulgué (ce que fit le fils en 1830) la Pragmática Sanción , autrement dit, une nouvelle loi dynastique qui autorisait les filles de sang royal à prétendre au trône d’Espagne. Ces guerres connues sous le nom générique de guerres carlistes (à cause du nom du frère du Roi, Carlos María Isidoro de Borbón qui était hostile à cette nouvelle loi) embrasèrent l’Espagne en opposant les mêmes régions de l’est et du nord  (1833-1839, 1846-1849 et 1872-1876).

La fille de ce Ferdinand, née en 1830, héritera du trône à 13 ans, laissant un souvenir tellement impérissable qu’elle devra abdiquer en 1868 et s’exilera définitivement en France pour abdiquer en faveur de son fils Alfonso XII en 1870.  Après quelques années de troubles et de révolutions, les Bourbons reviendront en Espagne grâce aux militaires. Il s’en suivra une période de relative stabilité dynastique qui se poursuivra sous. le règne du fils d’Alphonse, Alfonso XIII jusqu’à ce que, sous la pression des militaires, il cède le pouvoir en 1923 à une Junte menée par le Capitaine-Général gouverneur militaire de Catalogne, Miguel Primo de Rivera. Quand la dictature s’écroulera, la monarchie telle le bébé avec l’eau du bain, s’écroulera avec elle. En avril 1931, au lendemain d’élections municipales nettement favorables aux partis républicains,  le roi renoncera au trône d’Espagne, sans abdiquer pour autant:

« Espero a conocer la auténtica y adecuada expresión de la conciencia colectiva y, mientras habla la nación, suspendo deliberadamente el ejercicio del poder real y me aparto de España, reconociéndola así como única señora de sus destinos. »

Et je vous épargne les tergiversations de son fils, Don Juan, les compromissions de son petit-fils avec le franquisme…

Oui, la Monarchie espagnole est en danger. Non pas que le républicanisme soit un sentiment dominant, non. Mais parce que cette dynastie bourbonienne n’a jamais suscité d’adhésion, parce qu’il n’y a jamais eu de parti réellement monarchiste en Espagne. La Monarchie a su se rendre utile, il est envisageable de penser qu’elle ne l’est plus, d’autant que les petits démons qui agitaient ses ancêtres n’ont pas cessé de tarabuster le roi actuel. Ils sont au nombre de trois: l’argent, le sexe et la dolce vita.

Aussi le monarque vieillissant et malade a-t-il décidé d’améliorer sa communication et, à l’occasion de la célébration de son 75ème anniversaire, le 4 janvier dernier, de se faire interviewer par un pilier des médias espagnols, Jesús Hermida. Pour  calmer le jeu, le site internet de la Maison Royale a également fait peau neuve:

http://www.elysee.fr/valerie-trierweiler

Oh! Pardon! Voici le bon lien…

http://www.casareal.es/ES/Paginas/home.aspx

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s