Deprimida España La déprime espagnole

Ces derniers jours pour des raisons professionnelles, j’ai pu rencontrer de nombreux collègues universitaires et des madrilènes de la classe moyenne qui ne cachaient pas leur fatalisme à propos de l’avenir économique et social des Espagnols.  Il y était question de « dépression nationale », autrement dit d’un cocktail fait de régression sociale et de résignation.

Pendant mon séjour, il était, par exemple, difficile de prendre le métro à certaines heures de la journée car les employés du Métro de Madrid étaient en grève pour protester contre la propositon qui leur était faite d’accepter une baisse de 10% de leurs salaires contre la garantie du maintien de l’emploi, c’est-à-dire  la non-suppression de 700 postes de travail (environ 10% du total).  L’équation est complexe car l’augmentation du nombre d’employés entre 2004 et 2007 (+1500 environ) est due à l’allongement considérable du réseau et surtout à la la création de nouvelles liaisons vers des banlieues jusqu’alors non raccordées (Barajas-Aeropuerto, Metro ligero Oeste et MetroSur). Ce réseau représente  293 km de lignes contre 218 km pour le métro parisien, à titre de comparaison. Naturellement, ces employés sont considérés comme des salariés privilégiés par de nombreux medias (le salaire brut de base est de 1500 euros par mois).

http://ccaa.elpais.com/ccaa/2013/03/20/madrid/1363766611_584911.html

Autre signe de cette « dépression », les attaques de plsu en vives envers les enseignants du primaire et du secondaire.  On les considère comme responsables du bas niveau de l’enseignement espagnol montré dans le rapport PISA de 2009. Les candidats au métier de professeur des écoles ne savent pas situer les grands fleuves espagnols sur une carte de l’Espagne, n’ont aucune idée des poids et mesures, ne connaissent pas les conjugaisons, ne connaissent pas le sens de termes tels que « ‘escrúpulo, disertación, extasiar,  pronóstico », etc.

http://politikon.es/2013/03/15/comite-en-defensa-de-la-estupidez/

http://sociedad.elpais.com/sociedad/2013/03/14/actualidad/1363297944_043059.html

Les réactions ont fusé, nombreuses, ce que permet Internet:

¡Madre mía ¡ ¡Pero si esto son preguntas que me hacían a mí en la EGB ,con doce años ¡ ¿¡Estos tienen la carrera de magisterio terminada ¡? Si les ponen logaritmos neperianos en base 10 ¿Qué ocurre ?

ou encore:

La generacion mejor preparada de la historia. ja,ja,ja,ja,. Recortes en educacion,ja,ja,ja,ja. Gracias Maragall. Gracia Rubalcaba. Habeis conseguido vuestro proposito:millones de analfabetos y ademas esperpenticos. Como la mayoria de los que escriben comentarios aqui.

et les réponses auxquelles il fallait s’attendre (vu le nombre de fautes d’accent dans le message précédent) :

Analfabetos como por ejemplo tú, que debes creer que la ortografía es alguna provincia de Croacia.

Deux exemples de cette Espagne en pleine déprime qui font écho au débat ennuyeux auquel invitait Frédéric Taddei hier soir sur la 2 sur le même sujet… Dire que l’Europe est « déprimée » avance à quoi? Elle est surtout en train de s’appauvrir et de remettre en question ses isntruments de solidarité collective. Pour sauver les banques. Oui, car c’est l’Europe qui est en dépression, il suffit de lire les courriers que publient les jeunes espagnols diplômés qui ont tenté leur chance à l’étranger:

http://www.spaniards.es/foros/2013/03/19/en-paris-asqueada-deprimida-y-aun-sin-trabajo

Des remèdes contre la dépression? Une feuille sans grand intérêt en propose un:

Dile adiós a tu depresión tomando sol

Galenos del servicio de Cardiología del Hospital USP San Jaime de España afirman que tomar sol con regularidad puede ser bueno para la salud. Según afirman, recibir los rayos de sol aumenta el sistema inmune y nos protegen ante la depresión. Los rayos UV no son malos siempre y cuando se exponga con prudencia. La razón de los beneficios del sol es que los rayos UV aumentan la producción de un neurotransmisor relacionado con la sensación de bienestar llamado serotonina. 

http://www.quintodia.net/indice/3012/dile-adios-a-tu-depresion-tomando-sol

Pauvres et chômeurs, allez au soleil, suivez les conseils du docteur Aznavour:

Emmenez-moi au bout de la terre
Emmenez-moi au pays des merveilles
Il me semble que la misère
Serait moins pénible au soleil…

Tous en Espagne!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s