Les murs ont la parole…

De retour de Dijon, où je m’étais rendu pour raisons professionnelles, en traversant l’un de ces villages dans lesquels deux maisons sur trois restent volets fermés et portent au cou une pancarte « A VENDRE »,  une inscription tracée à la bombe à peinture sur l’un de ces murs sans vie a éveillé mon attention. Elle avait le charme grinçant des expressions à double sens:

« La campagne nous gagne! »

A vrai dire la campagne, au vu de l’état des maisons et des lieux traversés semblait plutôt dans un tel d’état d’abandon, qu’on se demandait si c’était l’expression enjouée d’un sentiment partagé de retour enthousiaste à la terre ou  l’expression immédiate d’une crise touchant les périphéries des grandes villes et les espaces ruraux trop éloignés de ces dernières. Ou même peut-être s’il s’agissait de jeter un regard ironique sur la campagne électorale de 2012.

Les murs ont la parole, même quand il n’y a plus personne pour lire les textes qu’ils portent.

J’ai immédiatement pensé à ces quelques expressions murales que j’avais vues la semaine antérieure à Barcelone, dans l’enceinte de l’Université Autonome, dont celle-ci:

Incongru dans une Université, peut-être mais  elle était bien là, sur l’un des murs de l’agora à partir duquel se distribuent  les espaces studieux de cette prestigieuse université.

 

 

Jamais dans notre histoire nous n’avons eu autant de textes inscrits sur nos murs et nos façades. Jamais non plus autant d’histoires, de modes d’emplois, de messages brouillés ou brouillons…

Par exemple, qui aurait cru que les descendants du maître du dessin et philosophe, Salvador Dalí, pourraient aujourd’hui se cacher derrière une mystérieuse raison sociale dans une rue du Madrid populaire?

 

 

 

Ou que citer Joan Manuel Serrat et l’une de ses plus belles chansons était devenu la seule manifestation de revendication du droit à la paresse et du défi contre l’ennui qui nous guette?

Per Què La Gent S’Avorreix Tant?

Si és veritat que l’home pot morir, però mai la idea, que el sol surt per tothom i un Déu ens vetlla i que la dona i l’or ho poden tot. 
Si és veritat que el futur penja d’un fil prim, que la fe mou muntanyes i tenim la vida pel davant. Si és veritat que val la pena fer-ho bé i que el treball dignifica, per què la gent s’avorreix tant?

http://www.youtube.com/watch?v=-fWTMIXZ0NM

http://www.youtube.com/watch?v=o4ia8jE7z-M

Peut-être pour recharger nos batteries en optimisme et ne pas sombrer.

 

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Les murs ont la parole…

  1. Je réagis un peu tardivement au blog concernant les inscriptions sur les murs des villages et notamment celle ci « la campagne nous gagne »: s’il existe en France des régions où l’on assiste à l’abandon des terres agricoles et des villages, il en est d’autres, dans le Sud notamment, où l’urbanisation est si « galopante »,qu’elle détruit des terroirs viticoles de qualité, pourtant classés, au profit de constructions d’infrastructures nouvelles, de déchetteries surdimensionnées, de lotissements sans fin..
    « le betonnage nous gagne »! On nous parle de modernisme ou de modernité.. Ici, il s’agit de destruction massive et irrémédiable de paysages de qualité.
    Cela me rend furieuse! Vive le retour enthousiaste à la terre ou à la mer!
    Régine L.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s