Fasciste, fascista, facho et facha…

Le goût pour l’apocope se niche partout. Même dans l’invective. Je l’ai éprouvé le jour où, discutant avec un collègue professeur du secondaire, ce dernier affirmait que les profs qui abusaient de leur  autorité étaient des « fascistes». Je lui ai répondu que l’abus de pouvoir était une constante dans nos pays, que le 49-3 était  une procédure « fasciste », que le recours à la force même légitime aussi. Par conséquent, rien de semblable ne pouvait être affirmé quand il y avait abus d’autorité ou de pouvoir… et que le fascisme était une conception totale de l’Etat et de la société et pas une attitude.

Or, ces dernières semaines les trois biographies de Le Corbusier publiées à l’occasion de l’exposition qui le célèbre au Centre Pompidou, revenaient sur son passé, sa pensée réactionnaire et pétainiste.  Le tout finissait par donner des titres comme celui-ci, aussi idiot que vulgaire.

Ce titre pose aussi un problème puisque il instaure une certaine différence entre le ton accusatoire de l’un des livres mentionnés, celui de Xavier de Jarcy, Le Corbusier, un fascisme français, édité chez Albin Michel et son compte-rendu. En effet, on peut se demander si Le Corbusier était fasciste, facho ou pétainiste et si entre ces trois apostrophes il y a un réel signe d’égalité. On pourrait ainsi à l’infini décliner ce genre de mises en accusation, fondées généralement sur des faits et des attitudes d’autres époques. La question n’est pas de savoir si Le Corbusier a été fasciste ou pétainiste mais quelle pertinence cette question peut avoir dans le rapport qu’elle a entretenu ou pas avec son travail ou sa pensée urbaine.

En Espagne, nombreux sont les politiciens, intellectuels, universitaires ou hommes dotés d’un quelconque pouvoir qui ont changé de bord tout au long de la longue dictature franquiste. Mais la fréquence s’est brusquement accélérée à la fin de l’année 1974 et de nombreux défenseurs de l’Etat corporatif, par exemple, sont devenus en un tournemain des défenseurs zélés de la démocratie parlementaire.

Nous ne sommes pas en reste en France. La liste est longue, de François Mitterrand à Jean Cocteau en passant par Maurice Papon et de plus célèbres, de moins engagés ou encore d’obscurs personnages… Je retiendrai celui d’une figure célèbre des années soixante-dix, Maurice Clavel. Ancien résistant, soutien des maoïstes français en 1968, victime d’une authentique crise mystique un peu plus tard, il a pourtant été un militant de l’extrême droite française, distribuant des tracts du PPF de Jacques Doriot à Sète, à la fin des années trente puis à Paris, au moment où il intégra l’Ecole Normale Supérieure. Son cothurne, Pierre Boutang, n’hésitait pas à évoquer Clavel en hitlérien qu’il avait fallu ramener avec patience vers une conception plus maurassienne de l’Etat et de la société. On se demande où venait se nicher la différence, sinon celle de retrouver les racines d’un fascisme purement français. Ce n’est que parce qu’il considérait que Pétain était trop faible et sénile qu’il opta pour la résistance fin 1942.

Donc, Le Corbusier était un fasciste, puisque ses positions n’ont pas varié, mais Clavel un vrai « facho » qui a passé sa vie à aller et venir entre Maurras, Dieu et Mao.

Lorsqu’on s’intéresse à l’Espagne, cette question se pose à tout moment. Disons celle de la compromission avec des régimes considérés  comme inspirés par l’abus d’autorité, le culte du chef, la dénonciation maniaque du complot antinational et la haine du suffrage universel.

Parce que traiter qui que ce soit de « facha» n’engage pas beaucoup, c’est une apostrophe enveloppante, une sorte de fourre-tout sans grande tenue ou plutôt qui génère sa propre caricature. Mais le traiter de fasciste, c’est lui prêter sérieusement quelque constance idéologique. Il en va de même en Espagne, pays dans lequel on se pose encore la question de savoir si le régime franquiste était autoritaire ou fasciste. Un régime ne peut d’ailleurs pas être « facho », seuls des individus peuvent l’être. Mais on peut aussi « noyer le poisson polysémique » en proposant des définitions bien scolaires.

xc3377890-1c0a-11e3-b7a3-7054d21a8f10.jpg.pagespeed.ic.aTYsXB8gif

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s