Agua por San Mateo, puercas vendimias y gordos borregos…

Il faudra attendre que les élections régionales de Galice et du Pays basque aient livré leur verdict pour qu’une autre solution, peu vraisemblable aujourd’hui, que de nouvelles élections en décembre soit possible pour former un nouveau gouvernement.

Si l’on examine les sondages réalisés dans ces deux régions, on note que dans la première le PP est en position hégémonique, alors que dans la deuxième, des alliances seront nécessaires au PNV (parti nationaliste basque de centre droit) pour gouverner.

Parlement régional de Galice:

1473321863_850783_1473336658_sumario_normal_recorte1

 

Parlement régional d’Euskadi:

1473321592_071218_1473332859_sumario_normal_recorte1

Dans les deux cas, le Parti socialiste continuerait à perdre des voix et des sièges, mais il pourrait assurer une majorité régionale au PNV en essayant de s’assurer de son soutien au parlement national. Le PP, s’il atteint les 10 sièges que les sondages ne lui promettent toujours pas au parlement basque, il pourrait assurer le PNV de son soutien et obtenir en échange son soutien au parlement national, ce qui le mettrait, si la coalition avec Ciudadanos tient toujours (ce qui n’est pas acquis) à une seul voix de l’investiture.

Comme ces élections auront lieu à la Saint Mathieu, chacun ferait bien de se souvenir de ce que dit la sagesse populaire :

Agua por San Mateo, puercas vendimias y gordos borregos…

 

Un référendum parlementaire?

Félix Ovejero[1], professeur à l’Université de Barcelone, met en balance dans un point vue publié par El Pais ce matin, en quoi le savoir, la connaissance, participe de la décision humaine dans tous les domaines y compris en matière de choix politique.

La question de la décision est cruciale dans cette matière. Nous rappelions il y a quelques jours l’évaluation que faisait Julio Anguita du (relatif) recul de la coalition Podemos-IU aux dernières élections : « Cuando llegan los momentos decisivos mucha gente se asusta.” Ce recours à la peur du changement comme moteur principal des choix négatifs privilégie le choix personnel, individuel et n’est en aucune façon une explication « rationnelle » d’un vote régressif. L’explication rationnelle est difficile à former, nous pouvons l’admettre.

Cette individuation du choix des personnes en matière politique contingente repose sur un postulat que Félix Ovejero concrétise ainsi: «Uno de cada cuatro británicos cree que Churchill fue un personaje de ficción, no como Sherlock Holmes, que existió para un 58%. »

Autrement dit, l’ignorance des individus de l’histoire de leur propre société ou nation, leur non-volonté de savoir et d’user de ce savoir pour former la décision pourrait être la raison de choix contraires à leurs intérêts.

Or, en politique et, plus particulièrement dans les contextes politiques démocratiques, le choix de l’individu n’apparaît pas comme essentiel dans la mesure où il s’insère dans un processus global, collectif, aux allures sempiternellement  référendaire, qui donne à la décision globale une valeur supérieure aux choix de chacun.

Or, le délitement des formes-parti, la délégation de l’expertise à des think-tanks ou à des « spécialistes », phénomène qui dépasse largement les cadres nationaux, ont fini par considérer comme irrationnels les choix des individus au moment du vote, permettant ainsi à « ceux qui savent » de ne pas tenir compte de l’avis exprimé. les exemples abondent depuis les référendums revotés (Irlande, référendum sur le traité de Lisbonne revoté en 2009) aux référendums contredits par un vote parlementaire (France, 2005 -2008-2012) et aux référendums en voie de « non-application (Royaume-Uni 2016). J’ajouterai la persistance du discours politique dominant qui met en avant « l’ignorance » des citoyens qui s’opposent (ils n’ont pas lu le Traité de Lisbonne, ils n’ont pas lu la Loi Travail, etc.).

Or, il y a une certaine rationalité dans les votes examinés d’un point de vue collectif ou sociologique. Cette rationalité est peu perméable aux discours politiques, elle repose sur des constats concrets pur lesquels aujourd’hui il manque une gnose, ou pour le dire simplement une philosophie de cette rationalité. Cette intuition était déjà présente chez Marx et Engels dans les réflexions sur le rapport individu-collectif: « La véritable richesse intellectuelle de l’individu dépend entièrement de la richesse de ses rapports réels. » (L’idéologie allemande).

Cette difficulté est montrée dans le recours incessant, en particulier dans les discours de Pablo Iglesias, au concept très mouvant de «gente»

Si estamos aquí es por y para la gente.

hora que la gente gobierne_n

Ce concept de gente dont ont usé et usent encore les nationalistes catalans pour signifier par cette référence à la Santa Espina ( Som i serem gent catalana…) à la fois l’unité de corps mais aussi un rejet certain de l’autre:

20101020205515-primer-els-de-casa

Le vote parlementaire peut être considéré comme un vote référendaire, nous dit Félix Ovejero, puisqu’il finit par être dichotomique. Naturellement, vu sous l’angle pratique, ce raisonnement signifie que le vote d’aujourd’hui en Espagne devrait permettre de trouver une solution à la crise parlementaire : soit par l’abstention socialiste, permettant ainsi une nouvelle législature de droite (même minoritaire), ou par la coalition improbable de tous les votes qui, avant-hier, se sont exprimés contraires à ce choix. Il faut éloigner le spectre de l’indécision qui serait un troisième tour d’élections en décembre, oublier le peuple et s’entendre sans l’entendre.

[1] Né en 1957, il est professeur d’économie, d’éthique et de sciences sociales. Il est l’un des fondateurs avec Arcadi Espada, Félix de Azúa et Albert Boadella de l’association fondée en 2005, Ciutadans de Catalunya , matrice du parti de centre-droit Ciudadanos. L’origine catalane de Ciudadanos trouve sa source unique dans une expression réactive au nationalisme catalan qui apparaît à ses yeux comme une absurdité dans les termes : « La nació, somiada com un ens homogeni, ocupa el lloc d’una societat forçosament heterogènia. »