À la Une

TV

La télévision est un monstre. Avide de temps, de bruit, de fureur… Quand elle échappe de la fiction pour nous remontrer la vie réelle, celle que nous connaissons parfaitement, elle élude, élague, manipule, cache, exagère, moque. Elle se comporte comme un monstre de conte de fée, aussi méchant que bête.

La télévision et ses torses agités qui jouent tous les soirs une partie de poker menteur, les chaînes de flot continu que nous connaissons tous rivalisent de démagogie (le goût du sang, de la sueur et des larmes) pour se disputer quelques milliers de suiveurs (followers), parce que ces chaînes sont, à leur manière, des réseaux sociaux. De ce nombre dépend leurs ressources, de leurs ressources le retour sur investissement et les salaires de leurs têtes de gondole.

Cette télévision n’a pas besoin de beaucoup d’espace, un bureau, quatre experts ou journalistes ou invités (l’invité est souvent seul face à deux journalistes et un expert) et un donneur de cartes ou croupier selon qu’il s’agit d’une table de poker ou d’une table de chemin de fer. Des dossiers de l’écran sans film puisque le film, c’est nous.

Et le flot se met en place comme une tranche napolitaine, une tranche de tour de table, une tranche d’images, une tranche d’engueulades. Le sujet abordé, c’est nous. Ou plutôt ce qu’ils pensent que nous devrions être, penser, sentir, vouloir. Nous et nos sondages, nous et nos colères, nous et nos ras-le bol-des grèves, ras-le-bol des impôts, nous et notre indiscipline, nous et notre soif du toujours plus, nous et Poutine, nous et Macron. Et quelquefois des directs (live): Macron à la plage, Macron à la campagne, Macron à l’usine. Philippe au gouvernail, Philippe à la manœuvre.

Et souvent le dézingage par la recherche du mot d’esprit. La bonne société fait toujours consensus contre un seul. Il faut isoler d’abord pour démolir ensuite. En général ceux qui sont hors de leur jeu, de leur univers de petites souris éduquées en milieu protégé. Revoyez le film Ridicule de Patrice Leconte et vous aurez tout compris.

Ridicule de Patrice Leconte : la preuve de l'existence de Dieu ...